Les tirets en typographie

Voici un petit résumé des différents tirets qui existent en typographie française, leur rôle et la manière de les insérer dans un document Word. En corrigeant des manuscrits, je m’aperçois que la distinction entre les tirets n’est pas toujours bien connue. Petite piqûre de rappel donc !

En typographie, on rencontrera essentiellement trois types de tirets (attention le signe « moins » − est différent du tiret -) :

Tiret

Désignations usuelles

Raccourcis clavier (Windows)

Tiret court, tiret quart de cadratin, « trait d’union »

Touche « 6 »

Tiret moyen, tiret demi-cadratin, tiret d’incise

Ctrl+- du pavé numérique (a touche située au-dessus du +)

Tiret long, tiret cadratin, tiret de dialogue

Alt+ctrl+- du pavé numérique

Ceci étant posé, à quoi servent-ils ces tirets ?

LE TIRET COURT OU TRAIT D’UNION

On retrouvera ce tiret court comme trait d’union dans les mots composés (casse-tête, trop-plein, etc.) pour lesquels il ne faut ajouter d’espace : « c’est-à-dire » et non pas « c’est – à – dire ».

Il sert également de césure afin de couper les mots en bout de ligne et aussi de tiret grammatical pour les formes telles que : « dois-tu ? », « y a-t-il ? » (jamais de tiret entre le « y » et le verbe avoir), « fais-le », etc.

LE TIRET MOYEN OU TIRET D’INCISE (alt+0150)

Il a deux usages principaux. Le premier est de servir d’incise, ayant un rôle alors similaire aux parenthèses, ( ) :

« Au regard des dernières informations dont nous disposons – nous y reviendrons –, des décisions importantes s’imposent. »

Avant et après chaque tiret d’incise, il faut ajouter une espace. Lorsque la phrase se termine avec le second tiret, celui-ci est tout simplement remplacé par le point final de la phrase :

« Charles me répondit qu’il était d’accord avec ma proposition – un bon point pour lui. »

Le second usage du tiret moyen est de servir pour les listes d’énumération, de type « liste à puces » sous Word :

Liste des courses :

– Tomates ;

– Jambon ;

– Yaourts.

À la fin de chaque ligne d’énumération, il est préférable d’employer le point-virgule, même si parfois le point est utilisé. Normalement, on se doit de le garder pour la dernière ligne.

LE TIRET LONG OU TIRET CADRATIN (alt+0151)

Son usage essentiel est celui de tiret de dialogue. Vous n’aurez sans doute pas manqué de l’apercevoir dans l’un de vos livres :

« Dites-moi, mon ami, qu’en pensez-vous de cette décision ?

— Eh bien, je dois dire qu’elle m’a surpris, pas vous ?

— Tout à fait d’accord, je ne m’attendais pas à cela » répondit-il avec une certaine gêne dans la voix.

On ne doit pas ajouter tiret cadratin et guillemets. Le guillemet ouvert commence le dialogue, le tiret cadratin marque les différentes répliques des personnages et enfin le guillemet fermé clôt le dialogue.

Bien souvent, les guillemets ne sont pas employés, seuls les tirets longs marquent les dialogues chez certains éditeurs.

 

Voilà un aperçu de ces tirets ! Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas !

À bientôt !

2 comments on “Les tirets en typographie”

  1. Morin Répondre

    Deux remarques :
    Vous écrivez : « [Le trait d’union] sert également de césure afin de couper les mots en fin de phrase. » Vous voulez dire : « en bout de ligne », je pense.
    Par ailleurs, pour le tiret moyen, il faudrait plutôt parler de « tiret d’incidente », « incidente » étant le terme général et « incise » une forme particulière d’incidente, caractérisée par sa faible longueur.
    Cela dit, merci pour toutes ces explications fort utiles.

    • nicolaskoch Répondre

      Bonjour, oui vous avez raison, c’est bien en bout de ligne effectivement.
      Quant à tiret d’incise, c’est bien le terme qui est employé en typographie en règle générale (on le trouve dans tous les codes typo, du moins je l’ai appris ainsi) pour le tiret moyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :